Nobukha Nqaba & les sacs de Tati

Qui aurait cru que les sacs de nos tantines pouvaient avoir leur place dans l’art contemporain ?

En Afrique centrale, ‘Umaskhenkethe’ est le nom donné au sac plastique fabriqué en Chine que l’on retrouve presque dans tous les foyers modestes et souvent attribué à l’enseigne Tati (GOD BLESS TATI, STOP LES HATERS!). Pour l’artiste Nobukho Nqaba, sud-africaine née à l’époque de l’Apartheid, ce sac évoque surtout sa mère.

copyright-Nobukho-Nqaba-umaskhenkethe-likhaya-lam-2012-6-3 copyright-Nobukho-Nqaba-umaskhenkethe-likhaya-lam-2012-2_cropped

‘Sa mère, figure essentielle et véritable pilier familial, qui avait pour habitude de ramener de ses visites à ses proches établis dans les fermes de la province du Cap, un sac identique, rempli de confiseries maison. Nqaba voit ainsi dans cet objet usuel le rappel constant de son passé, une enfance faite de voyages, de déplacements ; une lutte quotidienne pour des lendemains plus roses. A force d’avoir mis et remis sa maison dans ce sac au grès des multiples déménagements, il a fini par devenir lui-même la maison.’  Musée Elysée

Nobukho Nqaba

Nqaba a reconstitué en studio, un intérieur entièrement tapissé de ces «China bags », se mettant elle-même en scène dans son nouveau foyer.

copyright-Nobukho-Nqaba-umaskhenkethe-likhaya-lam-2012-3_cropped_1 3240_24393

(source elysee.ch)